De quoi pouvons-nous vous parler sans crainte ?

Qu’ils relèvent d’organes de presse formels et reconnus ou qu’ils s’essaient à la libre expression permise par les outils modernes de communication, ceux qui couvrent l’actualité de nos jours crient bien vite au musèlement et à la maltraitance.

Ont-ils tort, ont-ils raison ? A chacun de se faire une opinion. Toujours est-il qu’il vaut mieux faire attention à ce que l’on vous fait savoir, qu’il vaut mieux avoir des preuves, des témoins et des sources. Et quand bien même l’on aurait tout cela, il faut encore s’assurer qu’aucun personnage, aucun puissant, aucune institution ne se sentira offensée par ce que l’on vous dit.

Si l’importance de cette circonspection des journalistes a été tristement illustrée au Cameroun il y a quelques semaines, il faut savoir qu’elle est de mise au Bénin aussi. Virgile Ahouansè, journaliste, directeur de l’information de la Web Radio Crystal News peut en témoigner.

S’il lui est reproché d’avoir diffusé de fausses nouvelles, toujours est-il que les faits que le journaliste a relatés n’ont pas surpris grand monde. Les rumeurs d’exécutions extra-judiciaires de divorcés sociaux par les forces de l’ordre ne sont en effet pas inédites dans notre pays.

Mais le journaliste incriminé n’aurait certainement pas pu diffuser une telle information sur la plateforme de télévision numérique terrestre lancée ce 17 février au Bénin. Les 16 chaînes publiques, privées et étrangères de cette plateforme ne feraient certainement pas long feu si elles évoquaient publiquement de tels faits et menaient de telles enquêtes.

Pour sa tranquillité, Virgile Ahouansè aurait par exemple dû évoquer le lancement ce 14 février du Festival International des Arts du Bénin (FInAB). Il aurait ainsi pu rapporter les propos d’Ulrich Adjovi, promoteur du festival et PDG du groupe Empire, pour qui « Il était temps que le Bénin ait une plateforme d’exposition et d’expression de son génie au monde ».

Virgile Ahouansè aurait dû se contenter de parler de la centaine d’artistes qui y participent, des 200 stands d’exposition, du marché Tokp’Art qui est le cœur du festival ou des 10 000 visites journalières attendues. S’il avait fait cela, il n’aurait pas eu rendez-vous à la CRIET ce lundi 13 février.

Il aurait aussi pu évoquer Gernot Rohr, le nouveau sélectionneur retenu par le comité exécutif de la Fédération Béninoise de Football ce mardi 14 février. Quelle information diffusée sur ce technicien franco-allemand, ancien sélectionneur des Panthères, des Etalons, des Super Eagles puis du Mena, et aujourd’hui remplaçant de Michel Dussuyer, pourrait être à l’origine d’une comparution à la CRIET ?

S’il ne voulait aborder ni la culture ni le sport, Virgile Ahouansè aurait pu évoquer l’adhésion du parti Les Démocrates à une réforme de la Rupture : celle qui favorise la présence des femmes au Parlement et qui a justifié que la 9ème législature installée ce dimanche 12 février, compte en son sein 28 femmes.

Il aurait pu dire que ce parti a été le premier à constituer son groupe parlementaire, et que le retour de l’opposition au parlement a tôt fait de rimer avec la dénonciation de « lois scélérates », de « réformes contestées » et de la « misère grandissante des populations ».

Mais Virgile Ahouansè devrait peut-être éviter de vous parler du couvre-feu instauré dans les communes de Cobly et de Matéri depuis le 13 février dernier, en raison de la présence de groupes armés. Il ne devrait pas vous dire que les véhicules à 2 et à 3 roues sont interdits de circulation entre 21 heures et 6 heures du matin pour « nécessité de l’ordre public ».

Puisque votre serviteur ici se prénomme lui aussi Virgile, pour éviter tout rendez-vous à la CRIET, peut-être devrait-il lui aussi s’abstenir de vous parler de cela ?

Virgile

ZOOM SUR L’AFRIQUE

Cameroun : L’appel à justice de la population après l’assassinat d’un journaliste

L’assassinat d’un journaliste au Cameroun crée un véritable scandale. Dans cette affaire, de hauts fonctionnaires de l’Etat, un magnat des médias en garde-à-vue, et le garde des sceaux sont tous suspect. Tout est parti de la découverte du corps en décomposition d’Arsène Salomon Mbani Zogo, animateur de l’émission ‘’Embouteillages’’ sur Amplitude FM.

Jusqu’ici, l’on peut dire que les autorités du pays sont sous pression. Elles sont en effet interpellées par la population afin qu’une explication soit donnée sur l’enlèvement et l’assassinat du journaliste. Aussi est-il demandé que justice soit faite. Il faut reconnaître qu’il s’agit ici d’un cas très sensible, surtout dans ce pays qui traîne plusieurs dossiers d’affaires non élucidées. Rappelons que la victime animait une émission qui faisait la lumière sur les guerres des clans en vue de la succession du président Biya qui a fêté 90 ans le 13 février passé. Face à cette situation, la population, crie son ras-le-bol et réclame justice.

L’actu de cette semaine

Lecture 6 min

  • Politique : Les Démocrates boycottent la mise en place des commissions parlementaires
  • Sécurité : Expulsion du Bénin d’un présumé recruteur de terroriste
  • Développement : Vérification des produits importés ou exportés au Bénin
  • Football 229 : Un nouveau sélectionneur pour l’équipe nationale du Bénin

Résumé

Politique : Les Démocrates boycottent la mise en place des commissions parlementaires

Durant le vote de la mise en place des commissions parlementaires, les députés du parti Les Démocrates se sont illustrés en sortant de l’hémicycle. Cela se justifiait par le fait que tous les postes de présidence des commissions étaient pris par les députés de la mouvance. De plus, ils auraient refusé de siéger comme simples membres des commissions où des sièges leurs avaient été réservés.

Néanmoins leur acte n’a rien changé au programme des activités de l’Assemblée Nationale. De plus leur refus ne va pas bloquer le travail des commissions chargées de la préparation des projets de lois et du contrôle de l’action du gouvernement. De son côté, le président de l’Assemblée Nationale appelle au calme et la sérénité.

Sécurité : Expulsion du Bénin d’un présumé recruteur de terroriste

Arrêté à Parakou le 31 janvier 2023, un belge appelé Denis le soumis est expulsé du Bénin sur verdict de la CRIET. Officiellement au Bénin pour le compte d’une ONG dans le cadre de l’exécution d’un projet agricole, le nommé Denis le Soumis ne parvient pas à fournir la preuve de financement dudit projet agricole.

Rappelons qu’il a été condamné par la justice belge pour le recrutement de jeunes musulmans pour le compte des groupes djihadistes en Syrie. Au regard de ses antécédents, il a été simplement expulsé du Bénin après avoir été arrêté pour excès de vitesse.

Développement : Vérification des produits importés ou exportés au Bénin

Depuis le 1er février 2023, le programme de vérification de la conformité des produits importés ou de fabrication locale est entré en vigueur au Bénin. A partir de cette date, tous les producteurs, les importateurs et les distributeurs disposeront d’un délai de trois mois pour se mettre au pas quant aux exigences dudit programme, selon les conditions de mise en œuvre du Décret N°2023-024 du 25 janvier 2023.

En son article 3 le décret stipule que « les produits importés ou manufacturés localement doivent être conformes aux normes nationales en vigueur ou à défaut, aux normes régionales ou internationales. Les normes applicables aux produits sont rendues d’application obligatoire par arrêtés interministériels signés du ministre chargé de l’industrie et des ministres sectoriels dont relèvent les structures en charge du contrôle de conformité desdits produits ».

Aussi, il sera demandé une preuve de conformité aux normes des produits selon les dispositions du décret.

Football 229 : Un nouveau sélectionneur pour l’équipe nationale du Bénin

L’annonce du changement de nom des équipes nationales du Bénin intervient au même moment que celle du nouveau sélectionneur de l’équipe masculine de Football. Les désormais Guépards du Bénin, seront dorénavant sous la houlette Gernot Rohr. Ce monsieur, ancien joueur du Bayern Munichen a un palmarès impressionnant. En effet, il a été entraineur la légende Zinedine Zidane à Bordeaux en 1996

Plus récemment, en 2012, il prendra la direction de l’équipe du Niger qu’il devra abandonner pour cause de mauvais résultats. Quatre ans plus tard, il prendra en main l’équipe du Nigéria qui se qualifiera pour le mondial de 2018. A un mois de la CAN 2021, le Nigéria annonce qu’il se sépare de ses services. Le 21 février, il prendra la direction de l’équipe du Bénin.