2026 si loin, si proche.

A peine le sort des législatives de janvier 2023 conjuré, que les appétits pour la présidentielle de 2026 se font voraces. Ils s’aiguisent tant et si bien que les observateurs attentifs de la vie politique nationale en perdent leur latin.

Plus de semaine sans qu’un quidam vienne crier haro sur untel de son choix en qui il a décelé les exceptionnels talents de pouvoir diriger le Bénin. Le premier illuminé éclairé par quel esprit l’on ne sait a pour nom Jacques Migan. Grand avocat de son État ayant même eu le mérite de diriger l’ordre national des avocats s’est découvert une âme d’incitateur à un troisième mandat pour le président Patrice Talon, alors même que l’homme a martelé plus d’une fois et à des occasions solennelles tant au Bénin qu’à l’extérieur de n’en rester qu’à ce deuxième mandat. C’est vrai que les politiciens n’ont pas une seule parole et surtout en cette matière là.

Macky Sall s’illustre éloquemment en ce moment au Sénégal dans cette logique faisant des misères à son plus sérieux challenger, Ousmane Sonko. Dieu seul sait ce qui les transforme, une fois qu’ils sont dans la peau de chef. Ils n’ont plus envie de quitter. Mais le président Patrice Talon pour sa part n’a encore rien fait pour tenter ce diable, même si dans leur doute légendaire, de nombreux béninois pensent de lui tout le contraire. Sachons donc raison gardée.

Pendant ce temps son alter ago, son ami personnel comme il s’est plu à le clamer haut et fort, bénéficie d’une campagne à l’ancienne. Des gens s’organisent et l’appellent à briguer le mandat présidentiel. Au travers d’acrostiches, on l’affuble de tous les qualificatifs pour faire un très bon chef d’Etat. Et ce ne sont pas les incontournables pasteurs qui vont rester en marge de ce cirque. Ils se sont royalement signalés par leur stratégie favorite. Leurs immanquables prières et cultes de remerciement à l’endroit de leur messie pour le Bénin.

Ainsi se signale l’effervescence qui entoure actuellement la succession qui n’est même pas encore ouverte du compétiteur né. Loin s’en faut puisqu’il n’a pas encore dit son dernier mot. Il a encore le pouvoir et solidement en main. Ce ne sont que là les signes avant coureurs de grandes intentions d’arracher le Graal.

La bataille sera féroce mais ce ne sera pas sans la bénédiction du chantre de la rupture car il est et reste maître du jeu.

Peggy

ZOOM SUR L’AFRIQUE

Afrique de l’Est : Le Kenya se prépare à lancer son premier satellite opérationnel

En collaboration avec l’entreprise américaine SpaceX d’Elon Musk, le Kenya va mettre sur orbite le 10 avril son premier satellite opérationnel aux États-Unis.

Le satellite, Taifa-1, qui signifie « une nation » en swahili, « a été conçu et développé par une équipe de chercheurs kényans ». Il a pour objectif de fournir des données satellitaires précises et régulières qui seront utilisées dans les domaines de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, de la gestion des ressources naturelles et des catastrophes et de la surveillance de l’environnement.

Malgré l’accélération des projets, il est quand même important de souligner qu’aujourd’hui, aucun pays africain n’a les capacités de mettre en orbite ses satellites. La majorité est conçue et mis en orbite à l’étranger.

L’actu de cette semaine

Lecture 6 min

  • Economie : Un nouvel appui financier pour le Bénin
  • Développement : Bientôt une contribution en machinerie de l’Allemagne à la GDIZ
  • Cybercriminalité : Les banques et les traditionalistes aux côtés de la police
  • International : Détention de plusieurs burkinabè pour fait de terrorisme

Résumé

Economie : Un nouvel appui financier pour le Bénin

Annoncé ce 5 avril 2023, le Fonds Monétaire International (FMI) va accorder un nouveau prêt de 68 millions de dollars au Bénin, portant les décaissements cumulés à environ 360 millions de dollars.

Ce financement intervient dans le cadre de la deuxième revue du Mécanisme Elargi de Crédit (MEDC) et de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). En effet, du 22 mars au 5 avril 2023, une équipe du FMI a séjourné au Bénin pour évaluer les développements économiques récents et les progrès du Benin au niveau de ses engagements dans le cadre du programme appuyé par le Fonds.

Au terme de l’évaluation, le chef de l’équipe de la FMI, Constant Lonkeng, a affirmé que : «l’économie béninoise se solidifie. La réponse bien équilibrée des autorités aux chocs externes, soutenue par un financement anticipé au titre du MEDC/FEC, a renforcé la confiance des investisseurs».

Développement : Bientôt une contribution en machinerie de l’Allemagne à la GDIZ

Après une première visite il y a quelques mois, l’ambassadeur de l’Allemagne près le Bénin, Michael Derus a de nouveau visité les locaux de la GDIZ. 

Au cours de la visite, le diplomate allemand a eu une séance d’échange avec Letondji Beheton, directeur général de la Société d’investissement et de promotion de l’industrie (SIPI-BENIN), et Laurent Gangbes, directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (APIEx). 

Ayant observé les avancées du centre de formation en textile et la prise en considération des demandes de la législation en vigueur en Allemagne sur les chaines de livraison, l’ambassadeur a annoncé une prise de contact avec des entreprises allemandes. Ces entreprises à l’en croire, pourront investir dans le « secteur de la machinerie, soit dans la production qui dépend du spectre d’autres produits ».

Cybercriminalité : Les banques et les traditionalistes aux côtés de la police

Le Syndicat Panafricain des Médecins Intellectuels, Traditionnels et Assimilés du Bénin, la Communauté Nationale des Cultes Vodoun du Bénin et la Fédération Nationale des Femmes Attachées à la Culture et à la Tradition du Bénin ont manifesté leur soutien au gouvernement et à la police républicaine dans la lutte contre la cybercriminalité au Bénin.

Lors de cette manifestation, les organisations de la chefferie traditionnelle ont mis en garde les membres de la chefferie traditionnelle qui sont complices des cybercriminels. 

En vue de jouer leur partition, les banquiers et les responsables d’établissements financiers béninois ont aussi pris des dispositions pour identifier les cybercriminels et ceux, dès le premier contact avec leurs clients. Ces derniers sont soumis à un protocole d’interview en vue de donner le maximum d’informations concernant leurs activités de rémunération.

International : Détention de plusieurs burkinabè pour fait de terrorisme

Plusieurs dizaines de ressortissants Burkinabé sont détenus au Bénin pour faits de terrorisme. Selon les explications du journaliste Ozias Hounguè, « la plupart de leurs dossiers ont été renvoyés en instruction par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) après un premier procès devant une chambre correctionnelle. Les dossiers sont souvent renvoyés parce que les faits sont de nature criminelle. Il faut donc plus d’enquête ».

Certains dossiers ont donc fait l’objet de commission rogatoire adressée au Burkina. En visite au Bénin, le procureur près le tribunal de grande instance de Ouagadougou, chargé des dossiers de terrorisme, Emile Zerbo abordera la question des dossiers de terrorisme impliquant des Burkinabè mais aussi les bonnes pratiques en matière d’investigation et de jugement des dossiers de terrorisme.