La maison du chaos

Peu de secteurs au Bénin sont exempts de remous. Cela est heureux, car ces remous sont une manifestation de la vie dans ces secteurs. Il y a cependant des limites à l’intensité du mouvement qui traduit la vie d’un secteur.

Lorsque les remous sont trop fréquents, trop importants, qu’ils constituent une constante, ils ne traduisent pas simplement la vivacité : ils sont le signe d’une anomalie. Le cas qu’il me plaît de porter aujourd’hui à votre attention, chèr.e lecteur.rice, est celui du secteur de la justice dans notre beau Bénin.

Avant d’étendre mon propos, soyons clairs : il peut y avoir des choses à redire sur la justice humaine de tout temps et sous tous les cieux. Le Bénin d’aujourd’hui n’est certainement pas celui qui ait le plus à rougir des errements de sa maison justice.

Cependant, les mouvements qui agitent la justice béninoise ont de quoi inquiéter tout citoyen concerné. Dans les années 90-2000, c’est principalement le dossier des frais de justice criminelle qui a exposé les anomalies qui avaient cours dans ce secteur.

Un ministre de la République, Garde des Sceaux à l’époque, avait affirmé ne pas connaître de secteur aussi peu vertueux que celui de la justice. Le secteur a certainement fait des efforts depuis lors afin d’être plus digne des responsabilités qui lui sont confiées.

Si comme moi, vous entendez fréquemment parler d’affaires de corruption, de verdicts monnayés et d’autres anomalies, ce n’est certainement rien d’autre que de vilaines rumeurs colportées par des personnages qui cherchent à s’en prendre à la vertu du secteur et de ses acteurs.

Une autre de ces rumeurs circule actuellement et évoque des accointances entre les acteurs de la justice, des gens du pouvoir et un groupe d’opérateurs économiques véreux. Je ne m’en ferai certainement pas le porte-voix.

Je ne vous dirai qu’une chose : cela aurait à voir avec un transitaire, un importateur et une cargaison de riz. Allons, encore une deuxième chose : il y aurait aussi dans cette histoire des navires, des milliards, et la justice béninoise.

C’est dans ce contexte que la rumeur s’est mise à évoquer le limogeage du ministre de la justice. Mais vous savez bien qu’il ne faut pas prêter l’oreille aux rumeurs. La preuve, le gouvernement n’a pas embrayé sur cette rumeur. Il ne l’a ni confirmée ni contestée, ce qui en rajoute aux doutes et à la suspicion.

Autre élément de contexte, l’acteur politique Joël Aïvo aurait saisi le garde des sceaux quant aux conditions de détention et quant au fonctionnement général du système judiciaire. Joël Aïvo peut en parler avec pertinence, puisqu’il expérimente le système depuis déjà plusieurs mois.

Dans une missive au ministre de la justice, il aurait évoqué les nombreux cas de citoyens « oubliés » en prison depuis 10 voire 20 ans. Il aurait aussi évoqué les traitements inéquitables que subissent certains prisonniers pour diverses raisons.

Un pays qui rêve d’un avenir a besoin d’une justice qui fonctionne, et qui fonctionne bien. Une justice qui soit un socle pour tous, qui soit animée par des acteurs dévoués et conduite par une direction qui prône la probité et qui l’applique sans s’accorder en sous-main des passe-droits. Est-ce bien ce que nous avons actuellement ?

Virgile

ZOOM SUR L’AFRIQUE

La responsabilité de la diaspora africaine face au défi des logements abordables.

Selon les statistiques de la Banque mondiale, les envois de fonds des Africains de la diaspora ont atteint plus de 95,6 milliards de dollars en 2021, le Nigeria, le Ghana et le Kenya figurant parmi les principaux bénéficiaires en Afrique.

Shelter Afrique, une société financière panafricaine spécialisée dans le développement du logement, s’adresse à la diaspora africaine pour améliorer l’offre de logements abordables sur le continent. S’exprimant lors de la 25e conférence annuelle Harvard Africa Business, le PDG de Shelter Afrique, M. Thierno-Habib Hann, a déclaré que plus de 170 millions de personnes d’origine africaine vivant dans le monde représentent un réservoir de ressources important pour le développement de l’infrastructure du continent, y compris le logement. Il a ajouté que Shelter Afrique prévoit de tirer parti de la diaspora en créant des obligations de la diaspora pour le développement de logements et d’infrastructures abordables, en transférant des compétences et en tirant parti de leurs réseaux.

L’actu de cette semaine

Lecture 6 min

  • Economie : Le gouvernement prévoit de racheter 182.500 tonnes de soja
  • Développement : Le Bénin effectue sa première radiologie endovasculaire
  • Football : Potentiel report de la Can 2025
  • International : Point de la visite du président Rwandais au Bénin

Résumé

Economie : Le gouvernement prévoit de racheter 182.500 tonnes de soja pour le Bénin

En vue d’interdire totalement les ventes à l’international sous forme brute d’ici avril 2024, le gouvernement béninois a renforcé les prélèvements fiscaux à l’exportation du soja l’année dernière. Cette interdiction a rendu l’activité d’exportation moins attrayante et a conduit les négociants à tirer à la baisse les tarifs sur le terrain afin de maintenir leurs marges. Cette baisse de prix a entraîné une accumulation de stocks de soja, ce qui a empêché environ 2 000 producteurs affiliés de rembourser leurs crédits contractés auprès des Caisses locales de crédit agricole mutuel (CLCAM).

Le 11 avril, le gouvernement a donc annoncé le rachat de 182 500 tonnes de soja auprès des producteurs à un prix d’acquisition de 270 Fcfa, contre 190 Fcfa fixé au début de la saison en novembre dernier, afin d’aider les acteurs de la filière à surmonter ces difficultés.

Développement : Le Bénin effectue sa première radiologie endovasculaire

Le vendredi 7 avril 2023, la première radiologie endovasculaire et interventionnelle de l’histoire du Bénin a été réalisée à la clinique Mercy Fiat de Cotonou. Cette opération a été effectuée par une équipe de Uniteva composée de médecins français et béninois. Cette nouvelle approche chirurgicale a permis de traiter avec succès six patients béninois, dont quatre femmes et deux hommes, atteints de pathologies similaires à celles traitées en France.

Cette intervention au Bénin est la concrétisation du rêve du béninois Patrick Kouassi, manipulateur en électroradiologie et membre de l’équipe de Uniteva. Les médecins béninois ayant assisté à l’opération ont salué cette initiative et ont souligné l’importance de partager cette connaissance pour le bien-être des patients béninois.

Football : Potentiel report de la Can 2025

Le Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (CAF) envisage de reporter la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de 2025 pour début 2026 en raison de la Coupe du Monde de 2026. Les membres du comité réfléchissent à un nouveau format pour cette compétition qui pourrait également servir de qualifications pour le Mondial. Les équipes pourraient obtenir leur billet pour la Coupe du Monde selon leur parcours lors de la CAN.

Bien que l’information ne soit pas encore confirmé, rappelons que le Bénin et le Nigeria sont candidats pour organiser la 35e édition de la CAN.

International : Point de la visite du président Rwandais au Bénin

Le président de la République du Rwanda, Paul Kagamé, a effectué une visite de travail au Bénin du vendredi 14 avril 2023 au dimanche 16 avril 2023. Il a été invité par son homologue béninois, Patrice Talon.

Au cours de son séjour, Paul Kagamé a été reçu par le chef de l’État béninois pour un tête-à-tête suivi d’une séance de travail élargie aux membres des deux délégations, au cours de laquelle divers accords de coopération ont été signés entre les deux pays. Les deux présidents ont également animé un point de presse sur les questions liées au renforcement de la coopération bilatérale. Le président Paul Kagamé a ensuite visité l’Agence de développement de Sèmè City, la Cité internationale de l’innovation et du savoir où il a échangé avec des jeunes entrepreneurs, des étudiants et des start-ups.

Le séjour du couple présidentiel rwandais au Bénin s’achèvera par des visites guidées de la Place de l’Amazone et du Monument aux dévoués érigé dans le Jardin de Mathieu.